Follow Us:

HomeLivres imprimésREVUES ET COLLOQUESL’enseingnement supérieur et la recherche à l’aune du 50ème anniversaire du CAMES

L’enseingnement supérieur et la recherche à l’aune du 50ème anniversaire du CAMES

Préface

La communauté universitaire nationale et internationale au Cameroun a vécu le 3 novembre 2017 à Yaoundé, un moment de réflexion nationale sur le cinquantenaire du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES) prévu en 2018, à l’aune de la tenue du 18ème Concours d’Agrégation des Sciences Juridiques, Politiques, économiques et de Gestion à Yaoundé (Cameroun) du 06 au 15 novembre 2017.

Cette importante réflexion, pensons-nous, inaugurera une aube nouvelle de consolidation et de renforcement de l’ambitieux projet CAMES, commencé il y a bientôt cinquante ans par les pères fondateurs, qui émettaient en 1968, l’idée de « création d’un organisme de coordination des problèmes de l’enseignement supérieur des pays d’expression française d’Afrique et de Madagascar ».

Déguisée en un banquet intellectuel, cette concertation qui s’est voulue inclusive, a offert l’opportunité à nos férus de la science, à nos dinosaures de la pensée, et aux érudits du savoir-savant de jeter les bases d’une réflexion susceptible de contribuer à la refondation du CAMES, en s’imprégnant du cadre pertinent, structurant, et innovant du Plan stratégique de développement du CAMES (PSDC), horizon 2015-2019.

Dans la vision prométhéenne qu’il a de l’enseignement supérieur, le Président de la République, S. E. Paul BIYA, Grand Croix de l’Organisation Internationale des Palmes Académiques (OIPA) du CAMES  a une fois encore, bien voulu donner son onction sur la pertinence desdites festi­vités au Cameroun, suite à la recommandation nº SO-CM/2015-001 et à la résolution nº SO-CM/2017-005 du Conseil des Ministres du CAMES, épousant alors la philosophie de la Nouvelle Gouvernance Universitaire qu’il impulse depuis 2007.

Il faut le dire, l’université camerounaise new-look dont rêve le Président de la République, prend à cœur la recherche universitaire transnationale (exprimée ici à l’occasion du colloque, le CAMES apparaîssant comme la fine fleur de cette mutualisation des connaissances), qui doit affirmer sa modernité en s’ouvrant sans cesse aux exigences de la mondialisation de l’économie du Savoir.

à la vérité, l’aspiration légitime du Cameroun à l’émergence dans les deux prochaines décennies se mesure au pari d’une recherche universitaire régionale et sous régionale valorisée et intégratrice. Dans cette perspective, les activités exercées dans le cadre du CAMES ont vocation à sortir des laboratoires des universités nationales pour féconder en permanence l’activité de recherche internationale et constituer une force d’impulsion apte à influer pertinemment sur le destin et le vécu quotidien des camerounais et africains, toutes classes confondues.

Sur cette journée du 03 novembre 2017, la Communauté nationale s’est réjouie de compter avec satisfaction, la pugnacité intellectuelle du Secrétariat général du CAMES ainsi que la participation active d’universitaires aguerris et chevronnés, choisis dans les Universités d’État du Cameroun.

Au moment de livrer ici la synthèse des travaux du colloque, je suis heureux, en jetant un coup d’oeil rétrospectif, de constater que le pari de la fréquence événementielle a encore été tenu, en dépit des contraintes économiques de la sous région. Car, faut-il le rappeler, en l’espace de trois (3) ans, le Cameroun a relevé le pari de l’organisation des trois manifestations statutaires et d’une activité conjoncturelle du CAMES, à savoir :

–    le 17ème Concours d’Agrégation de Médecine Humaine, Pharmacie, Odontostomatologie, Médecine Vétérinaire et Productions Animales, à Yaoundé (Cameroun) en novembre 2014 ;

–    la 34ème session du Conseil des Ministres du CAMES du
22-26 mai 2017 avec dans son sillage, la réunion consultative de l’UNESCO sur la reconnaissance des qualifications et l’assurance qualité de l’enseignement supérieur dans l’espace CAMES ;

–    le 18ème Concours d’Agrégation des Sciences Juridiques, Politiques, économiques et de Gestion du CAMES à Yaoundé (Cameroun) du 06 au 15 novembre 2017 ;

–    les activités préparatoires à la tenue du cinquantième anniversaire du CAMES avec en prime, le colloque, objet de notre propos.

Pour terminer, j’ai bon espoir que les contributions recueillies serviront de base d’abord au colloque qui aura lieu à Niamey au Niger, à l’occasion du lancement officiel du 23 au 25 juin 2018 de la commémoration du cinquantenaire dont le thème est : « CAMES, cinquante ans de construction  d’un espace harmonisé de l’enseignement supérieur et de la recherche en Afrique : acquis, défis et perspectives », ensuite à la commémoration festive et productive qui aura lieu du 28 mai au 2 juin 2018 à Ouagadougou (Burkina Faso), siège de notre institution.

 

Professeur Jacques FAME NDONGO

Ministre de l’Enseignement Supérieur

Chancelier des Ordres Académiques,

Président en exercice du Conseil des Ministres du CAMES

 

Catégorie :

Description

Avant-propos

Après cinquante (50) ans d’existence du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES), son Conseil des Ministres, siégeant en sa 34ème session du 22 au 26 mai 2017 à Yaoundé, a adopté la recommandation nº SO-CM/2015-001 et la résolution nº SO-CM/2017-005 portant respectivement sur :

–    l’organisation du cinquantenaire de la création du CAMES ;

–    l’adoption du projet des activités marquant le cinquan­tenaire du CAMES.

Ainsi, au-delà du caractère festif des activités com­mémoratives du cinquanteanire, le Conseil des Ministres a voulu saisir cette opportunité pour dresser un bilan des activités du CAMES à l’aune des défis contemporains et à venir.

Compte tenu du fait que chaque pays membre porte une partie de l’histoire de cette institution, le Conseil des Ministres a estimé que les pays devant abriter un programme statutaire du CAMES à partir de 2017 constituent des cadres privilégiés pour tenir lesdites activités. C’est dans cette optique qu’après le Benin, le Cameroun devient le second pays où cette réflexion nationale se produit, en prélude à  la tenue de la 18ème édition du Concours d’agrégation en Sciences Juridiques, Politiques, économiques et de Gestion.

Les objectifs visés par le Conseil des Ministres sont les suivants :

–    faire connaitre le CAMES et le chemin parcouru ;

–    évoquer les actes majeurs posés par le Cameroun dans l’histoire du CAMES ;

–    organiser la contribution intellectuelle du Cameroun, en vue de jeter les bases de la refondation du CAMES pour les cinquante (50) prochaines années ;

–    s’imprégner du cadre pertinent, structurant et innovant du Plan Stratégique de Développement du CAMES (PSDC) qui doit se lire également comme un modèle pour les établissements d’enseignement supérieur et de recherche des pays membres ;

–    élaborer des actes qui alimenteront la réflexion lors de la célébration du Jubilé en mai 2018 à Ouagadougou.

Les résultats attendus sont les suivants :

–    le CAMES, agence régionale d’assurance-qualité et d’ac­cré­ditation est mieux connu dans son rôle d’accom­pagnement du développement durable des États membres, à travers les leviers de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation ;

–    les actes de la Journée nationale sont élaborés.

C’est pour répondre à cette sollicitation que s’est tenu le 03 novembre 2017 à l’Amphi 700 de l’Université de Yaoundé I, un Colloque sous le thème « L’enseignement supérieur et la recherche à l’aune du 50ème anniversaire du CAMES ». à ce thème central, se sont greffés les sous-thèmes suivants :

–    « Massification des effectifs dans l’enseigne­ment supérieur : enjeux et solutions ».

–    « Employabilité des diplômés de l’enseignement supé­rieur ».

–    « Stratégie de recherche pour un meilleur dévelop­pement ».

Pour éclairer sur ces différents thèmes, des experts universitaires et du monde de l’emploi ont été mobilisés.

La confection des présents Actes a bénéficié des contributions écrites qui nous sont parvenues. Il s’agit en l’occurence du Professeur MBATCHI Bertrand, du Professeur NOL ALEMBONG, du Professeur Brusil METOU, du Professeur Marie Thérèse UM NGOUEM, du Professeur Georges Bertrand TAMOKWE PIAPTIE et du Professeur FONGOD née Augustina GENLA NWANA.

Au moment où nous restituons l’essentiel des travaux dans le cadre de ces Actes, nous tenons, au nom de Monsieur le Ministre de l’Enseignement Supérieur, Président en exercice du Conseil des Ministres du CAMES, à remercier tous ceux qui, de près ou de loin, ont contribué à la réalisation de la présente activité.

Dans le même ordre d’idées, nous avons espoir que la réflexion ainsi menée, sera une contribution majeure à la célébration du 50ème anniversaire du CAMES.

 

Pr. LOGMO MBELEK Aaron

Chef de la Division de la Recherche

Et de la Coopération Universitaires,

Directeur de rédaction, Rapporteur Général

Informations complémentaires

Année de publication

2018

Auteur

CAMES