Follow Us:

HomeLivres imprimésCONNAISSANCESPhilosophes du Cameroun

Philosophes du Cameroun

Philosophes du Cameroun

Conférences-débats du Cercle Camerounais de philosophie au Centre Culturel Français François Villon de Yaoundé (janvier-avril 2005)

2006, 1ère éd., ISBN : 2-84936-034-1

Volume : 448 pages

Format : 16 x 24 cm

Prix : 18500 F CFA (28,30 euros).

Catégorie :

Description

Résumé

Le présent ouvrage est le produit d’une heureuse coopération entre l’association de philosophie, fondée par E. Njoh-Mouellé et dénommée Cercle camerounais de philosophie (Cercaphi) et la Mission française de coopération et d’action culturelle au Cameroun. Le Cercaphi a fourni la matière des tables rondes, tandis que la coopération culturelle  française offrait le cadre de la bibliothèque du Centre culturel français de Yaoundé ainsi que le financement de la publication. Avec l’évolution  de la démocratie dans le monde et en particulier  au Cameroun, les premières décennies de la vie universitaire marquées par une extrême défiance à l’égard de l’enseignement de la philosophie ne sont plus qu’un lointain souvenir. Les milieux universitaires  de la  philosophie en Afrique  et  en dehors du continent, ne manqueront  pas de s’intéresser  à cette  publication, il faut l’espérer. Voici un ouvrage collectif qui permet de se faire une belle idée de la vitalité de l’activité philosophique dans un pays africain. Les communications et  les débats  qu’il  contient  sont  d’une  très  haute  tenue universitaire  et consacrés aux œuvres de quatre penseurs déjà connus, certes, à l’intérieur comme en dehors de leur pays le Cameroun. mais qui n’auront peut-être pas eu l’occasion auparavant de se trouver placés ensemble au centre d’une telle densité  des  discussions sur  divers  aspects  de  leurs  écrits,  et   par  des compatriotes pas toujours complaisants, enseignants de qualité dans diverses universités du pays. Il ne serait pas surprenant de voir cet ouvrage devenir une référence et un stimulant de réactivité  philosophique tant  dans les universités que dans l’enseignement secondaire, au Cameroun et en Afrique