Follow Us:

HomeLivres imprimésCONNAISSANCESPour un véritable développement de la boucle du DJA

Pour un véritable développement de la boucle du DJA

Auteur  : Samuel-Béni Ella Ella
Année de parution  : 2016
Bref résumé
En pénétrant dans l’univers épistémique, très initiatique, de l’ouvrage de Samuel-Béni Ella Ella, le lecteur observe, d’abord, que cette publication est constituée d’abondantes statistiques et d’innombrables tableaux, le tout reposant sur une riche et instructive bibliographie ainsi que d’intéressantes données de terrain servant à l’argumentation logique, loin des affirmations générales ou gratuites.
Catégorie :

Description

PRÉFACE

 En pénétrant dans l’univers épistémique, très initiatique, de l’ouvrage de Samuel-Béni Ella Ella, le lecteur observe, d’abord, que cette publication est constituée d’abondantes statistiques et d’innombrables tableaux, le tout reposant sur une riche et instructive bibliographie ainsi que d’intéressantes données de terrain servant à l’argumentation logique, loin des affirmations générales ou gratuites. Le lecteur est, ensuite, interpellé sur le sens et la puissance des concepts inducteurs de l’ouvrage, tels que écosociologie et développement durable. Par écosociologie, spécialité dans laquelle s’inscrit la présente recherche, il faut entendre tout simplement « sociologie de l’environnement », dont l’auteur se pose, de plus en plus, comme un expert confirmé et incontournable au Département de Sociologie de l’université de Yaoundé I, voire au Cameroun. Et l’ouvrage, que S-B. Ella Ella soumet aujourd’hui dans l’espace public, ne peut qu’être d’une brulante actualité nationale et internationale, après la tenue récente, à Paris, de la « COP 21 », conférence ayant suscité tous les espoirs sur la nécessité, unanimement partagée, de protéger notre environnement, actuellement menacé de dégradation.

Le développement, vers lequel convergent légitimement tous les pays du monde, doit justement se conduire de manière organisée, rationnelle, responsable. Il faut à l’humanité non pas un développement échevelé, mais un développement durable qui bénéficie aux populations actuelles, tout en préservant les générations futures. Cette préoccupation majeure ne peut qu’accroître, aux yeux du lecteur, l’intérêt de cet ouvrage, et ce d’autant plus que, s’appuyant sur le rôle de la science de Max Weber, la sociologie que pratique ainsi judicieusement Samuel-Béni Ella Ella – il convient de l’en féliciter chaleureusement –, se veut à la fois théorique et pragmatique. Pragmatique, elle porte sur des réalités concrètes, sur des faits vécus à la boucle de la réserve du Dja, au Sud-Est du Cameroun. Sur cette partie du territoire camerounais, l’auteur restitue ses observations, ses expériences ethnométhodologiques et ses analyses critiques, à la suite des constructivistes Balandier et Bourdieu, d’où il ressort que l’État, nonobstant les nombreux atouts naturels et économiques de la boucle du Dja, s’illustre par une stratégie comportant des négligences et des insuffisances pour le développement durable de la zone concernée.

Il était sans doute temps de sonner l’alarme ou, tout au moins, d’attirer l’attention sur cette situation. C’est là aussi, le rôle de la science, en contexte de sous-développement, comme l’Afrique noire.

 

Yaoundé, le 30 avril 2016.

 

Pr. Valentin NGA NDONGO

Professeur des universités – Hors échelle,

Chef de département de sociologie et

Coordonnateur de l’école doctorale des sciences humaines,

sociales et éducatives à l’Université de Yaoundé I.